GE: Laïcs et républicains contre une aide pour la basilique Notre-Dame

A Genève, un collectif laïc et républicain a déposé une plainte mardi auprès du Service de surveillance des communes. Il demande l’annulation de la décision du Conseil municipal d’accorder une subvention de 400’000 francs pour la rénovation de la basilique Notre-Dame.
Le collectif est composé d’élus municipaux d’Ensemble à Gauche et des associations Libre Pensée Genève, la Gauche républicaine et la Coordination laïque genevoise.

http://www.bluewin.ch/fr/index.php/136,551531/La%C3%AFcs_et_r%C3%A9publicains_contre_une_aide_pour_la_basilique_Notre-Dame/fr/news/suisse/sda/

2 réponses à “GE: Laïcs et républicains contre une aide pour la basilique Notre-Dame”

  1. Juriens dit :

    Généralement les libre penseurs confondent allégrement laïcité et anticléricalisme. Rien ne saurait les arrêter dans leurs divagations : cette fois-ci ils confondent chrétienté avec l’Histoire, l’art et, ne leur en déplaise, leurs ancêtres. Certes, toutes ces basiliques et autres églises pourraient être rasées, les châteaux aussi d’ailleurs, pour laisser la place à des parkings et grandes surfaces ! L’imbécilité n’a vraiment pas de limite !

  2. Thomann dit :

    Lorsque Juriens (un pseudo sans doute mais je ne jure de rien) traite notre démarche d’imbécilité, je suis choqué, Je suis personnellement défenseur d’une stricte laïcité qui nous a évité à ce jour les pogroms et les saint-barthélémy. Je suis aussi, je ne le nie pas, anticlérical, dans ce sens que les clercs racontent depuis deux mille ans des fables pas croyables et qu’ils doivent être contrés plutôt que respectés. Sous cette condition, ils peuvent continuer leurs sermons. Mais en ce qui concerne Notre Dame, de deux choses l’une: ou bien la messe a lieu devant un auditoire compact et dès lors on peut demander au fidèles de verser une opulente obole pour que se fassent les travaux qui concernent après tout un bâtiment privé; soit elle se déroule devant un public clairsemé et alors il faudrait peut-être trouver un local plus petit et à l’entretien moins dispendieux. Mais les fonds publics n’ont pas à intervenir.
    Dernier point: lorsque Juriens s’en prend aux libres penseurs avec minuscule, il signale implicitement que lui ne pense pas librement. On croyait l’avoir deviné. André Thomann.

Laisser un commentaire