Ct. VD, 17 juin 2012: Oui à l’initiative d’EXIT

La population vaudoise devra se prononcer le 17 juin 2012 sur l’initiative populaire par EXIT A.D.M.D. Suisse romande, pour une assistance au suicide en EMS. Le Département de la santé publique et le Conseil d’Etat vont proposer un contre-projet qui vise à unifier les procédures pour les EMS et les hôpitaux, sur le modèle qui existe au CHUVe.

Il sera donc primordial de rejeter ce contre-projet de l’Etat de Vaud qui est un trompe-l’oeil et qui vise en fait à réduire la possibilité d’une assistance au suicide en EMS.

Ce contre-projet est une autoroute facorisant l’acharnement palliatif, la mainmise des religions et le paternalisme médical.

En acceptant l’initiative d’EXIT vous défendez vos droits dans les EMS car ces derniers peuvent être considérés comme votre lieu de domicile.

OUI à la clarté de l’initiative
NON aux fumigènes du contre-projet

http://politblog.tagesanzeiger.ch/blog/index.php/10473/fran-ais-g-rer-la-mort-tue-la-libert/?lang=de

2 réponses à “Ct. VD, 17 juin 2012: Oui à l’initiative d’EXIT”

  1. Ravay Jean-Pierre dit :

    Une fois de plus, l’Etat de Vaud par l’entremise de son conseil d’Etat bafoue la liberté de conscience. Les textes de l’association EXIT sont explicites : la personne doit être capable de discernement pour prendre sa décision. L’Etat de Vaud, maqué avec les Eglises traditionnelles met à nouveau en évidence sa soumission aux ecclésiastes et aux dogmes écclésiastiques qui veulent décider de la vie et de la mort de chacun sous couvert d’expertise médicale…. N’oublions pas que beaucoup de brebis égarées au sens des Eglises se sentent encore responsables de décider de souffrir ou de mourrir dignement. Même si leur fin d’existence se passe dans un EMS. Pour ces bonnes raisons, il est important de voter pour l’initiative EXIT, et de refuser le contre-projet de l’Etat de Vaud !

  2. Etienne Moret dit :

    L’initiative ne mentionne pas « Exit », la loi doit donc expliciter les conditions pour ne pas ouvrir la voie à des associations moins consciencieuses que « Exit ». Ceci justifie d’existence du contre-projet.

    D’autre part, il reste que celui qui se suicide impose à son entourage un traumatisme dont il faut tenir compte. Comme le droit d’entrer dans un EMS qui accepte le suicide assisté est assuré, il faut aussi préserver le droit de ceux qui ont choisi de ne pas accélérer leur décès de pouvoir entrer dans un EMS où il seront tranquille de ce point de vue.

    Il est donc justifié de voter non à l’initiative et au contre projet.

Laisser un commentaire