Le Prix des Libres Penseurs 2015 va à Ensaf Haidar, Raif Badawi und Waleed Abulkhair.

Valentin Abgottspon, Ensaf Haidar, Andreas Kyriacou

Valentin Abgottspon, Ensaf Haidar, Andreas Kyriacou

Les Libres Penseurs suisses décernaient le 09.10.2015 pour la première fois le Prix des Libres Penseurs doté de 10’000 francs suisses. Il va à trois citoyens saoudiens Ensaf Haidar, Raif Badawi et Waleed Abulkhair. Le prix honore leur engagement courageux pour les valeurs humanistes et laïques.

Ensaf Haidar en personne a accepté le prix lors de la lecture publique organisée conjointement par les Libres Penseurs suisses, Amnesty Suisse et le « Forum pour la Démocratie et les Droits Humains ». Dans son livre « Liberté Pour Raif Badawi, l’Amour De Ma Vie », elle décrit l’histoire de sa famille et de sa lutte pour la libération de son époux condamné à 1000 coups de fouet et à dix ans de prison. En tant que blogger, il s’était prononcé dès 2008 pour une société libérale. En particulier, il s’était engagé pour les droits des femmes et pour une séparation entre l’Etat et la religion. De nombreuses contributions de Badawi ont été par la suite imprimées dans des journaux saoudiens et il a été régulièrement sollicité pour l’écriture de chroniques dans les journaux.

Du fait de l’augmentation des menaces, Badawi mit toutefois provisoirement en sommeil son blog puis la famille émigra temporairement en Malaisie. Par la suite, ils furent néanmoins attirés par un retour au pays natal. Sur quoi Badawi osa une relance de son portail de discussion. Ensaf Haidar, elle-même, a été dès ce moment active auprès de lui.

En 2012, Badawi était cependant arrêté ; Haidar et leurs trois enfants réussissaient à fuir au Canada, où elle reçut l’asile politique. Depuis ce temps-là, elle s’engage avec un élan admirable pour la libération de son mari et aide ainsi à ce que la pression publique sur le régime saoudien ne diminue pas.

Ce prix est aussi l’occasion de fournir une modeste contribution à l’atténuation de la détresse financière des lauréats ou dans le cas de Waleed Abulkhair, de sa femme. Non seulement Badawi et Abulkhair ont été emprisonnés, mais aussi l’Etat leur interdit l’accès à leurs comptes bancaires.

Le Prix des Libres Penseurs suisse sera donné à l’avenir tous les deux ans et sera financé avec un leg.

Laisser un commentaire