Archive pour la catégorie ‘Blasphème’

Ct. VS: Narcisse Praz gagne le Prix Libre Penseur 2014, Jean Luc-Ador des œillères en or

Dimanche 25 janvier 2015

Le dernier week-end, Valentin Abgottspon et Marcel Theler, les présidents de la séction valaisanne des libre Penseurs étaient très fière d’avoir l’occassion à honnorer Narcisse Praz avec le “Libre Penseur” pour l’année 2014 (Enregistrement sonore). Narcisse s’est remercié avec quelques mots bien choisis (Enregistrement sonore).

(Lire la suite…)

Démo: Liberté pour Raif Badawi !

Vendredi 16 janvier 2015
Signez la pétition de Amnesty International>>

10.6.2015: Demo à Berne

12:00, Casinoplatz in Bern
http://www.amnesty.ch/fr/pays/moyen-orient-afrique-du-nord/arabie-saoudite/docs/2015/La-cour-supreme-confirme-la-condamnation-de-raif-badawi
7.6.2015
LA COUR SUPRÊME CONFIRME LA CONDAMNATION DE RAIF BADAWI
http://www.amnesty.ch/fr/pays/moyen-orient-afrique-du-nord/arabie-saoudite/docs/2015/La-cour-supreme-confirme-la-condamnation-de-raif-badawi

14.3.2015

Lausanne:  11:00, Escaliers de l’église St. Laurent

13.3.2015

Zürich: 17-18.30 Uhr, Bahnhofbrücke

12.3.2014

Bern: 12:15 Uhr, Casinoplatz.

 

5.3.2014

Bern: Donnerstag, 5.3.2015: 12 Uhr, Casinoplatz.

28.2.2015

Lausanne : 11:00, Escaliers de l’eglise de St. Lauren

27.2.2015

Zürich: 17.00 – 18.00, Bahnhofbrücke

21.2.2015

Lausanne 11:00, Escaliers de l’eglise de St. Laurent

19.2.2015

Basel 18:30, Theaterplatz (beim Tinguely-Brunnen); Infos hier.

 

14.2.2014

Lausanne: 14 février, 11:00, Escaliers de l’eglise de St. Laurent

13.2.2015

Flagellation suspendue pour la cinquième fois: http://e-activist.com/ea-action/action?ea.client.id=1770&ea.campaign.id=32768

12.2.2015

Basel: 12. Februar, 18:30, Theaterplatz (beim Tinguely-Brunnen); Infos hier.
Zürich: 12. Februar, 16.30 – 18.00, Bahnhofbrücke
Genève, 12 février, 18.00, Place des Nations

5.2.2015

La cause de Raïf Badawi est renvoyée à la Cour criminelle saoudienne

Bern: Donnerstag, 5.2.2015: 12 Uhr, Casinoplatz.
Basel: Donnerstag 5.2.2015: 18:30 Ort noch nicht bekannt: http://extranet.amnesty.ch/de/aktuell/themen-laender/dok/2015/anmeldung-kundgebungen-fuer-raif-badawi

31.1.2015

Lausanne: 11:00: Démo devant l’Eglise St. Laurent

30.1.2015

Flagellation suspendue encore une fois: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2015/01/30/002-seance-flagellation-raif-badawi-suspendue-arabie-saoudite-amnistie-internationale.shtml

29.1.2015

Bern: Jeudi, 29. Jan.: 12 Uhr, Casinoplatz. Infos http://extranet.amnesty.ch/de/aktuell/themen-laender/dok/2015/anmeldung-kundgebungen-fuer-raif-badawi
Basel: Jeudi, 29. Jan.,  18.30 Uhr, Marktplatz. Infos http://wp.me/p3zxNC-AD

28.1.2015

Lausanne: Mercredi, 28. Jan., 18 Uhr: Démo, devant l’Eglise St.Laurent

23.1.2015

Démonstration 12:00 sur la place du Casino à Berne.

16.1.2015

La flagellation du blogueur saoudien Raif Badawi reportée
Démonstration à Berne. Quelques membres de l’ALSP participent.

15.1.2015

La Suisse demande à l’Arabie saoudite d’annuler la flagellation d’un blogueur

9.1.2015

La flagellation publique du blogueur saoudien Raif Badawi a commencé le 9 janvier 2015. Ce châtiment cruel devrait être répété pendant 20 semaines.Raif Badawi a été condamné l’an dernier à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour avoir créé un forum en ligne destiné au débat public et «insulté l’islam». Amnesty le considère comme un prisonnier d’opinion, emprisonné uniquement pour avoir exprimé pacifiquement ses idées.Demandez au roi d’Arabie Saoudite et au Ministre de l’intérieur de mettre un terme à cette peine injuste et cruelle.

27.5.2014

L’ASLP s’est adressé au Conseil Fédéral et lui a demandé de soutenir Raif Badawi.

 

Paris: fusillade à la rédaction de «Charlie Hebdo» au nom du prophète

Mercredi 7 janvier 2015

L’attaque a fait 12 morts, dont 4 dessinateurs vedettes.

Athées et non croyants discriminés et oubliés

Lundi 10 décembre 2012

Alors que l’ONU célèbre la Journée de la liberté d’expression, l’Union internationale humaniste et éthique IHEU souligne que cela doit également s’appliquer aux non croyants.

http://fr.apocalisselaica.net/radar-laicita/cronache-laiche/atei-e-diritti-umani-discriminati-e-dimenticati

Rapport: http://www.iheu.org/files/IHEU%20Freedom%20of%20Thought%202012_0.pdf

RTS: Caricatures de Mahomet : doit-on se censurer ?

Lundi 8 octobre 2012

La France est sur les dents suite à la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo; elle craint que le scénario ne se répète une semaine après les violences contre le film anti-islam qui ont fait plus de 20 morts. Les responsables du journal satirique ont-ils été totalement irresponsables en publiant ces caricatures ou au contraire font-ils preuve de courage pour dénoncer les extrémistes ? Doit-on défendre à tout prix notre liberté d’expression même si elle peut engendrer des violences ?

http://www.rts.ch/video/emissions/infrarouge/4301014-caricatures-de-mahomet-doit-on-se-censurer.html

Soutien pour Sanal Edamaruku

Mercredi 13 juin 2012

Comme il a déconstruit le « miracle » du Jésus qui suinte à Mumbai, des groupes catholiques assoiffée de vengeance menacent Sanal Edamaruku d’un procès pour blasphème. Le harcèlement a commencé. Sanal peut être arrêté à tout moment. Signez la pétition online> adressée à l’archevêque de Mumbai pour lui motiver de s’engager pour la retraite de ces plaintes.

« Le Miracle »

Le 10 mars, Sanal Edamaruku s’est envolé à Mumbai. La chaine de télévision Channel TV-9 l’avait invité pour examiner un “miracle” qui a suscité beaucoup d’agitation localement. Il est venu avec une équipe de télévision à Irla dans Vile Parle pour inspecter le crucifix qui s’élève devant l’église Notre-Dame de Velankanni. Ce crucifix est devenu un centre d’attraction pour une foule croissante de croyants venus de loin. La nouvelle du miracle s’est répandue comme une trainée de poudre. Depuis quelques jours, quelques gouttelettes coulaient des pieds de Jésus. Des centaines de personnes venaient chaque jour pour prier et recueillir de l’ “eau bénite” dans des bouteilles et divers récipients. Irla était en train de devenir un centre de pèlerinage.
Mais Sanal Edamaruku a mis à mal ce projet. En quelques minutes, il a clairement identifié la source de l’eau (un système d’écoulement des eaux près d’une pièce pour le lavage) et le mécanisme qui la faisait atteindre les pieds de Jésus (par capillarité). Les responsables locaux de l’église, présents pendant l’enquête, étaient loin d’être heureux. Voir l’enquête en détail sur YouTube.

Débat télévisé avec l’évêque

Quelques heures après, lors d’une émission en direct sur TV-9, Sanal a expliqué sa trouvaille et a accusé l’Eglise catholique de vouloir faire sensation avec les miracles, comme elle faisait beaucoup de propagande autour de la statue de Jésus qui suinte, avec agressivité et en distribuant des photos attestant le “miracle”. Un débat houleux a commencé, dans lequel cinq religieux, parmi eux Fr. Augustine Palett, le prêtre de l’église Notre Dame de Velankanni, et des représentants de l’Association des Catholiques (AOCC) ont demandé des excuses à Sanal. Mais il a brillamment argumenté contre eux. Par téléphone, Mgr. Agnelo Gracias, évêque auxilaire de Mumbai, est venu à la rescousse pour restaurer l’image de l’Eglise catholique. Il a affirmé que l’Eglise était « toujours prudente dans l’attribution de causes surnaturelles » à ces phénomènes et s’efforce toujours « de trouver des explications ‘scientifiques’. » Il a même assuré que le Pape est un ami de la science. Sanal a contre-attaqué élégamment en se référant au procès de Giordano Bruno. Il a aussi évoqué le processus officiel des canonisations par le Vatican dans lequel les “miracles”, certifiés par une commission du Vatican, sont obligatoires pour chaque saint. Comme il y a plus de 10 000 saints catholiques, le Vatican exploite sans retenue le « sensationnel des miracles ». Et le Pape prétendument amoureux de la science autorise les séances d’exorcisme au sein du Vatican. D’après des articles de presse récents, il a même prêté main-forte pour expulser le diable du corps d’un Garde suisse. Dans ce très intéressant débat, Sanal a triomphé sur ses bruyants opposants. [L’émission complète a été enregistrée. Vous pouvez en voir une version abrégée sur YouTube.]

Menaces en direct à la télévision

Quand ils ont vu leurs espoirs anéantis pour forcer Sanal à s’agenouiller et s’excuser, ils ont publiquement menacé de déposer plainte pour blasphème contre lui. Sanal a fait remarquer que cela lui donnerait une excellente occasion de défendre ses conclusions devant une cour de justice, avec l’évêque de Mumbai dans le box des témoins. Ecumant de rage, l’homme d’église jura de le harceler en déposant de multiples plaintes contre lui dans tous les commissariats de police de Mumbai. Ils l’ont fait.

Sanal peut être arrêté à tout moment

Nous savons que trois demandes ont été faites contre Sanal sur la base de l’article 295 du Code Pénal Indien. Pendant ce temps, la police de Mumbai a annoncé qu’elle avait l’intention de l’arrêter.
Sanal peut être arrêté à tout moment. En chaque endroit où une plainte est déposée contre lui. Il peut être forcé à apparaître en personne pour leur répondre. Si sa réponse n’est pas considérée comme satisfaisante, il peut être arrêté. Il peut être forcé à combattre une multitude de procès dans différents lieux. Ce n’est pas seulement une immense perte de temps et d’argent. Etant donné le fanatisme de certains catholiques, sa vie peut être en danger.

Comité de défense

Rationalist International a fondé un Comité de Défense de Sanal Edamaruku. Le responsable est le juriste de la Cour Suprême et militant des droits de l’homme Mr. N.D.Pancholi. Si vous souhaitez nous apporter votre soutien, vous pouvez le faire par deux moyens:

  • Signez la pétition online>
  • Diffusez les vidéos et l’information sur les plaintes partout où vous le pouvez.
  • Soutenez le Fonds de Défense par un don au Sanal Edamaruku Defence Fundou via l’ASLPCompte postale: 84-4452-6
    Freidenker-Vereinigung der Schweiz , 3001 Bern
    IBAN CH7909000000840044526  Note: «Edamaruku»

Démolir des croix de sommet – atteinte à la liberté de croyance ou aux sensibilités culturelles?

Jeudi 10 mai 2012

Le « scieur de croix » vient d’être condamné pour atteinte à la liberté de croyance (voir l’article dans la presse). En commentant le verdict, le juge de police a argué que les croix de montagne représentent des «objets de la vénération religieuse, même si elles sont peu utilisées à cet effet». Or, cette interprétation est discutable.

Aujourdh’hui on a tendance a assimiler la liberté de croyance et de conscience à la liberté religieuse.

La Constitution fédérale dispose:

Art. 15 Liberté de conscience et de croyance
1 La liberté de conscience et de croyance est garantie.
2 Toute personne a le droit de choisir librement sa religion ainsi que de se forger ses convictions philosophiques et de les professer individuellement ou en communauté.
3 Toute personne a le droit d’adhérer à une communauté religieuse ou d’y appartenir et de suivre un enseignement religieux.
4 Nul ne peut être contraint d’adhérer à une communauté religieuse ou d’y appartenir, d’accomplir un acte religieux ou de suivre un enseignement religieux.

On comprend que la liberté de croyance est un droit de l’individu qui vise à défendre les convictions religieuses des personnes contre l’ingérence de l’Etat.  Il reste controversé si la liberté de croyance puisse être invoqué par des groupes. Selon le juge de police, des croix plantées dans la nature et ne servant à aucun acte cultuel, seraient protégées par la liberté de croyance, ce qui est assez absurde.

Le verdict de Bulle applique plutôt les dispositions anti-blasphème selon le Code pénal suisse:

Art. 261 Atteinte à la liberté de croyance et des cultes

Celui qui, publiquement et de façon vile, aura offensé ou bafoué les convictions d’autrui en matière de croyance, en particulier de croyance en Dieu, ou aura profané les objets de la vénération religieuse,

celui qui aura méchamment empêché de célébrer ou troublé ou publiquement bafoué un acte cultuel garanti par la Constitution,

celui qui, méchamment, aura profané un lieu ou un objet destiné à un culte ou à un acte cultuel garantis par la Constitution,

sera puni d’une peine pécuniaire de 180 jours-amende au plus.

Le titre du paragraphe est équivoque. Ce n’est pas au droit individuel de la liberté de croyance qu’on se réfère sinon il s’agit plutôt de garantir la paix entre les diverses religions et mentalités présentes sur le territoire. C’est cet aspect des faits qu’a dû appeler sur le plan la justice.

On pourrait qualifier la démolition des croix de profanation. Toutefois il n’est  pas clair qui s’en sentirait bafoué et  dans quels lieux les adeptes peuvent exposer les objets de leur culte et s’attendre à ce que les gens les respectent – en dehors des endroits spécifiquement dédiés à la célébration de rituels, par ex. les églises.

Se pose aussi la question si le paragraphe couvre tout symbole religieux, même ceux qui n’ont pas de fonction cultuelle, et plus précisément quels objets qualifier de religieux (voire la polémique des caricatures de Mahomet).
En outre il faudra vérifier si les croix furent autorisées ou sujettes à autorisation. L’ASLP a demandé d’informations à cet égard auprès du bureau cantonal des constructions.

Symbole religieux ou culturel?
Le caractère – religieux ou culturel – des croix reste controversé même parmi les chrétiens. Le juge fribourgeois déclare que la croix de sommet est un symbole religieux, qu’elle ait des fonctions cultuelles ou non.
Par contre, en défendant le crucifix dans les écoles publiques les cercles ecclésiastiques affirment souvent qu’il ne représente pas un symbole religieux mais plutôt un symbole culturel.  Dans ce cas, il  ne serait pas protégé par le code pénal!

Dessin: catholiques vexés

Samedi 18 février 2012

Le dessinateur Plantu devrait prochainement comparaître en justice à la suite d’une plainte d’une organisation proche aux traditionalistes catholiques, scandalisée par un de ses dessins qui mettait en scène le pape Benoît XVI sodomisant un enfant.

Le parquet de Paris a requis le 8 février le renvoi en correctionnelle du dessinateur, ainsi que celui d’Eric Fottorino, l’ancien directeur de la publication du Monde Magazine qui avait publié ce dessin controversé en avril 2010, selon le réquisitoire que « L’Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l’Identité Française et chrétienne » a pu consulter. Il appartient désormais à la juge instruisant cette affaire de rendre son ordonnance de renvoi, ce qui est une formalité dans le cas de délits de presse.
Intitulé « Pédophilie : le pape prend position », le dessin, qui avait été publié le 22 mars 2010 sur le site du dessinateur (www.plantu.net) et repris le 3 avril suivant par Le Monde Magazine, mettait en scène le pape sodomisant un enfant qui déclarait : « Quitte à se faire enculer, autant aller voter dimanche! ». Cette phrase faisait référence aux élections régionales.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/02/17/97001-20120217FILWWW00474-caricature-plantu-poursuivi-en-justice.php

Allemagne: L’Eglise catholique une secte pédophile

Le tribunal regional de Berlin-Tiergarten a refusé la plainte de l’avocat générale contre Jörg Kantel de la page  « Schockwellenreiter »  qui a titulé le 29.6.2011 un l’évêque de Cologne « chef de la secte pédophile ». Pour le tribunal la discussion vivante de l’abus sexuel dans l’église catholique a été provoquée par la reconnaissance de nombreux abus. Dans ce  cadre cette expression n’est pas un trouble à l’ordre public.

 

 

Taslima Nasreen, sans foi ni toit

Jeudi 15 avril 2010

Toujours visée par les fatwas, exilée et traquée, l’écrivaine bangladaise Taslima Nasreen conserve sa virulence athée et féministe. Rencontre

On rirait presque de tant d’innocence. «Je ne comprends pas pourquoi les gens disent que je suis radicale!» s’étonne Taslima Nasreen. Vêtue tout en sobriété sombre et de soies mêlées, elle est assise, calme et posée, dans un discret hôtel parisien sous les yeux aguerris de quatre gardes du corps. Elle vient d’expliquer en détail comment «la religion empoisonne tout, crée des souffrances, de l’exploitation, encage les femmes et nie leurs droits».

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/886b380a-4805-11df-a270-683df0d936f3/Taslima_Nasreen_sans_foi_ni_toit