Archive pour la catégorie ‘Ct. Fribourg’

L’islamiste ne s’exprimera pas à la conférence du CCIS à Fribourg

Vendredi 14 décembre 2012

L’Office fédéral des migrations (ODM) a refusé l’octroi d’un visa d’entrée en Suisse au prédicateur islamiste saoudien Mohammed al-Arifi. Invité de la Conférence annuelle du Conseil central islamique suisse (CCIS) à Fribourg le 15 décembre 2012, le prédicateur ne pourra donc pas s’y exprimer. Le CCIS a indiqué qu’il respecterait cette mesure, même s’il la juge disproportionnée.

Le CCIS annonce sur son site un « invité-surprise ».

http://www.kipa-apic.ch/index.php?&pw=&na=0,0,0,0,f&ki=238133

Démolir des croix de sommet – atteinte à la liberté de croyance ou aux sensibilités culturelles?

Jeudi 10 mai 2012

Le « scieur de croix » vient d’être condamné pour atteinte à la liberté de croyance (voir l’article dans la presse). En commentant le verdict, le juge de police a argué que les croix de montagne représentent des «objets de la vénération religieuse, même si elles sont peu utilisées à cet effet». Or, cette interprétation est discutable.

Aujourdh’hui on a tendance a assimiler la liberté de croyance et de conscience à la liberté religieuse.

La Constitution fédérale dispose:

Art. 15 Liberté de conscience et de croyance
1 La liberté de conscience et de croyance est garantie.
2 Toute personne a le droit de choisir librement sa religion ainsi que de se forger ses convictions philosophiques et de les professer individuellement ou en communauté.
3 Toute personne a le droit d’adhérer à une communauté religieuse ou d’y appartenir et de suivre un enseignement religieux.
4 Nul ne peut être contraint d’adhérer à une communauté religieuse ou d’y appartenir, d’accomplir un acte religieux ou de suivre un enseignement religieux.

On comprend que la liberté de croyance est un droit de l’individu qui vise à défendre les convictions religieuses des personnes contre l’ingérence de l’Etat.  Il reste controversé si la liberté de croyance puisse être invoqué par des groupes. Selon le juge de police, des croix plantées dans la nature et ne servant à aucun acte cultuel, seraient protégées par la liberté de croyance, ce qui est assez absurde.

Le verdict de Bulle applique plutôt les dispositions anti-blasphème selon le Code pénal suisse:

Art. 261 Atteinte à la liberté de croyance et des cultes

Celui qui, publiquement et de façon vile, aura offensé ou bafoué les convictions d’autrui en matière de croyance, en particulier de croyance en Dieu, ou aura profané les objets de la vénération religieuse,

celui qui aura méchamment empêché de célébrer ou troublé ou publiquement bafoué un acte cultuel garanti par la Constitution,

celui qui, méchamment, aura profané un lieu ou un objet destiné à un culte ou à un acte cultuel garantis par la Constitution,

sera puni d’une peine pécuniaire de 180 jours-amende au plus.

Le titre du paragraphe est équivoque. Ce n’est pas au droit individuel de la liberté de croyance qu’on se réfère sinon il s’agit plutôt de garantir la paix entre les diverses religions et mentalités présentes sur le territoire. C’est cet aspect des faits qu’a dû appeler sur le plan la justice.

On pourrait qualifier la démolition des croix de profanation. Toutefois il n’est  pas clair qui s’en sentirait bafoué et  dans quels lieux les adeptes peuvent exposer les objets de leur culte et s’attendre à ce que les gens les respectent – en dehors des endroits spécifiquement dédiés à la célébration de rituels, par ex. les églises.

Se pose aussi la question si le paragraphe couvre tout symbole religieux, même ceux qui n’ont pas de fonction cultuelle, et plus précisément quels objets qualifier de religieux (voire la polémique des caricatures de Mahomet).
En outre il faudra vérifier si les croix furent autorisées ou sujettes à autorisation. L’ASLP a demandé d’informations à cet égard auprès du bureau cantonal des constructions.

Symbole religieux ou culturel?
Le caractère – religieux ou culturel – des croix reste controversé même parmi les chrétiens. Le juge fribourgeois déclare que la croix de sommet est un symbole religieux, qu’elle ait des fonctions cultuelles ou non.
Par contre, en défendant le crucifix dans les écoles publiques les cercles ecclésiastiques affirment souvent qu’il ne représente pas un symbole religieux mais plutôt un symbole culturel.  Dans ce cas, il  ne serait pas protégé par le code pénal!

Bulle: Scier des croix sur les montagnes est une atteinte à la liberté des croyances et des cultes

Mercredi 9 mai 2012

Le guide de montagne ayant vandalisé trois croix érigées sur des sommets des Préalpes fribourgeoises a écopé mercredi à Bulle de 90 jours-amende avec sursis pendant trois ans. Il a été reconnu coupable d’atteinte à la liberté de croyance et des cultes.
Son défenseur envisage de déposer recours contre le jugement.

http://www.laliberte.ch/content/le-scieur-de-croix-cope-de-90-jours-amende-avec-sursis

Selon le juge une croix sur la montagne représenterait un lieu de culte et d’y monter un rite? On ne devrait pas accepter cette décision.  L’ASLP a toujours refusé le vandalisme.  Cependant nous désapprouvons fermement le jugement tranchant que l’acte porte  atteinte à la liberté des croyances et des cultes. Sur ce point l’ASLP serait prête à soutenir un recours.

Plaintes de dommages retirées ou irrecevables

Dans un premier temps, l’homme devait également répondre de dommages à la propriété. Deux plaignants – le conseil de paroisse de Broc et la société de jeunesse d’Estavannens – ont été écartés de la procédure car ils n’étaient pas effectivement propriétaires des croix.

Quant à Pro Natura, elle était bien propriétaire de la croix du Vanil-Noir, mais a préféré retirer sa plainte suite à un arrangement extra-judiciaire avec le guide de montagne. Ce dernier a dédommagé l’organisation environnementale en raison d’un peu plus de 1000 francs.

Croix remises

Depuis, les croix ont été remises en état. La Jeunesse d’Estavannens a ainsi reconstruit la croix des Merlas. Les jeunes de la section gruérienne du Club alpin suisse se sont chargés de réparer celle du Vanil-Noir.

D’ailleurs nous doutons qu’une autorisation cantonale fût accordée selon l’ordonnance sur l’aménagement du territoire OAT (pour la construction d’un bâtiment hors de la zone à bâtir des conditions sévères y sont prévues).

http://www.lematin.ch/suisse/proces-scieur-croix-s-ouvre-bulle/story/12093154

Ct. FR: Pro Natura retire sa plainte

Jeudi 19 avril 2012

Patrick Bussard, le guide fribourgeois qui a endommagé trois croix dans les Préalpes de la Gruyère, ne sera pas jugé pour dommages à la propriété. Pro Natura, le dernier des plaignants, a en effet…

http://www.laliberte.ch/regions/pro-natura-retire-sa-plainte

Toute l’histoire:

http://www.librepensee.ch/fr/2012/01/pro-natura-%E2%80%93-proprietaire-de-croix-sur-les-montagnes/

Pro natura – propriétaire de croix sur les montagnes?

Mercredi 18 janvier 2012

Apic) Le Gruérien Patrick Bussard, qui avait scié trois croix sommitales dans les préalpes fribourgeoises, passera devant le juge de police de la Gruyère pour dommages à la propriété et atteinte à la liberté de croyance, a rapporté le quotidien « La Liberté », le 17 janvier 2012.
Depuis lors, deux des trois plaintes ont été écartées par Jean Lob, l’avocat du guide. Motif invoqué: les plaignants (la Société de jeunesse d’Estavannens et le Conseil paroissial de Broc, ndlr) n’étaient pas propriétaires des croix profanées.

http://www.kipa-apic.ch/index.php?&pw=&na=0,0,0,0,f&ki=227842

source originale, pas online: http://www.laliberte.ch/regions/le-scieur-de-croix-passera-devant-le-juge-de-police

Reste la plainte de pro natura. Pro natura – propriétaire de croix sur les montagnes?

Histoire: http://www.librepensee.ch/fr/2011/10/croix-scies-deux-plaignants-n%E2%80%99ont-pas-la-qualite-pour-porter-plainte-pour-dommages-a-la-propriete/

 

 

Croix sciés: deux plaignants n’ont pas la qualité pour porter plainte pour dommages à la propriété

Mardi 25 octobre 2011

Le Matin
Non seulement il profane des croix, mais en plus, il réussit à écarter presque tous ceux qui veulent lui faire payer ses actes devant la justice. Comme l’a appris «Le Matin», le guide de montagne Patrick Bussard, devenu célèbre pour avoir vandalisé trois croix sommitales des Préalpes fribourgeoises, n’aura pas à rendre des comptes à trois plaignants, mais, dans le pire des cas pour lui, à un seul.

Suite de l’article: http://www.lematin.ch/actu/suisse/le-profanateur-elimine-ses-ennemis

Histoire: http://www.librepensee.ch/fr/2011/01/bulle-fr-proces-de-p-bussard-renvoye/

Une nouvelle croix a été transportée et posée sur le Merlas (1907 m) le 16 mai 2010: http://www.pharisa.ch/les_croix.html

Ct. FR: Motion populaire demande l’exemption des entreprises

Vendredi 22 juillet 2011

20 Minutes
Les Jeunes libéraux-radicaux ont déposé jeudi une motion populaire demandant l’assujettissement facultatif des personnes morales à l’impôt ecclésiastique.
Les Jeunes libéraux-radicaux (JLR) ont récolté 351 signatures, soit plus que les 300 requises. Les JLR fribourgeois demandent au Conseil d’Etat de présenter au Grand Conseil une modification de la loi du 26 septembre 1990 concernant les rapports entre les Eglises et l’Etat, a indiqué vendredi le secrétariat du Grand Conseil dans un communiqué de presse.

http://www.20min.ch/ro/news/romandie/story/Motion-populaire-pour-exempter-les-entreprises-25138579

A Fribourg, le difficile mariage entre l’école et la religion

Lundi 20 juin 2011

Le Temps
Non, l’école n’est pas «fondée sur la conception chrétienne de la personne». C’est l’une des 219 prises de position que la ministre fribourgeoise Isabelle Chassot a reçues sur son avant-projet de nouvelle loi scolaire cantonale. Elle a présenté vendredi le résultat de la consultation menée l’an dernier. Au total: 2000 pages de remarques, positives ou négatives.

Tout l’article: http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/a810ba2c-9921-11e0-821a-d43f4009bacb/A_Fribourg_le_difficile_mariage_entre_lécole_et_la_religion

Prise de position de l’ASLP (en allemand)

Ct. Valais/Fribourg: TSR: «Journal»: L’impôt ecclésiastique

Jeudi 31 mars 2011

Au «Journal» de la TSR du 31 mars 2011 est paru un reportage sur l’impôt ecclésiastique en Valais et en Fribourg.

Commentaire aussi sur le site-web de la séction Valaisannes des Libres Penseurs: en français et en allemand (ausführlicher).

Ct. FR, Grolley: La symbolique des crucifix sera discutée à chaque rentrée scolaire

Mercredi 30 mars 2011

Apic
Les valeurs chrétiennes symbolisées par le crucifix feront l’objet d’une discussion en classe, lors de chaque rentrée scolaire. Telle est la décision prise par le conseil communal de Grolley, le 28 mars 2011, révèle le quotidien fribourgeois « La Liberté », dans son édition du 30 mars.

http://www.kipa-apic.ch/index.php?pw=&na=0,0,0,0,f&ki=218576