Archive pour la catégorie ‘Ct. Genève’

Genève: Au nom de la laïcité, l’Etat torpille «L’Arche de Noé»

Mardi 26 mai 2015

Un projet d’opéra pour enfants a été refusé par le Département de l’instruction publique (DIP). Une décision qui provoque des remous.
http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Au-nom-de-la-la-cite–l-Etat-torpille–L-Arche-de-Noe–28326143

Le prosélytisme religieux banni des rues genevoises?

Mercredi 4 février 2015

La Ville a décidé de refuser tous les stands faisant la promotion d’une spiritualité, quelle qu’elle soit. La justice a été saisie par des chrétiens.

http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/Le-proselytisme-religieux-banni-des-rues-genevoises-28765234

UNIGE: Création de deux chaires en théologie

Mercredi 8 octobre 2014

Lorsque la décision est tombée de fermer en 2015 la faculté de théologie de l’Université de Neuchâtel (UNINE), l’Université de Genève (UNIGE) créera deux chaires en théologie dès la rentrée 2015. Dédiée à l’enseignement de la théologie pratique. Les deux chaires sont fondés par deux familles. Les frais pour les assistents er l’infrastructure retombent sur le Ct. de Genève.

http://www.unige.ch/theologie/actualites/creation-de-deux-chaires-en-theologie/

 

Genève: Créationnisme prêché à l’école: l’Etat s’en mêle

Jeudi 30 janvier 2014

Sept écoles privées chrétiennes de Suisse romande enseignent les thèses créationnistes pendant les cours de sciences. En règle avec la loi, cet enseignement suscite un malaise parmi les responsables de l’instruction publique des cantons romands.
http://www.protestinfo.ch/201401176756/6756-lenseignement-du-creationnisme-linstruction-publique-affiche-son-malaise.html#.Uuqvb_Yfghc
A Genève, on annonce que les deux écoles concernées vont faire l’objet d’une inspection.
http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Creationnisme-preche-a-l-ecole-lEtat-sen-mele/story/16422066

Ct. GE: Le DIP désavoue la direction de l’HEPIA et fait machine arrière

Jeudi 20 juin 2013

Coordination laïque genevoise / Section genevoise de l’Association suisse de la libre-pensée Communiqué de presse du jeudi 20 juin 2013

À la suite de la conférence de presse donnée mardi 18 juin par nos deux associations, la situation a rapidement évolué au sein de l’HEPIA (haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture) de Genève.

Réagissant à la pression des enseignants et de nos deux associations de défense de la laïcité, le Président du Conseil d’Etat genevois a dû invalider la décision de la direction de la haute école qui avait permis l’annexion d’une salle de cours par deux groupes religieux pour en faire un lieu de prière interdit aux autres étudiants.

Le Président du Conseil d’Etat a déclaré mercredi 19 juin dans le quotidien le Courrier de Genève que : l’affectation exclusive de la salle à deux groupes de prière pose problème. Il a également exigé que : cet espace ne soit pas réservé à ces deux groupes confessionnels. Il sera ouvert à toute personne qui en fera la demande et pour toute activité de réunion ou individuelle, comme lire un livre ou exercer une activité syndicale.

Nos deux associations regrettent néanmoins que le Président du Conseil d’Etat persiste dans son appréciation erronée de la réalité en déclarant, dans la Tribune de Genève de mercredi 19 juin : on n’interdit pas la prière dans les lieux publics, mais elle ne doit pas s’accompagner d’éléments ostentatoires. Cette affirmation est en effet contraire à la loi genevoise C4 10 sur le culte extérieur qui mentionne explicitement :

Art. 1
Toute célébration de culte, procession ou cérémonie religieuse quelconque est interdite sur la voie publique.

Or, ce qui est interdit sur la voie publique l’est a fortiori dans une école dont les locaux sont payés par les deniers du contribuable. Il nous faut donc rappeler cette évidence au Président du Conseil d’Etat et Chef de l’Instruction publique genevoise qu’une école publique ne doit ni ne peut, en aucun cas, être annexée par des groupes religieux afin qu’ils y installent leur lieu de culte ou de prière.

Enfin, nous sommes consternés de constater que, de crainte de représailles, le corps enseignant de l’HEPIA soit contraint à une véritable « omerta » et soit empêché d’exprimer publiquement son désaccord de voir foulé aux pieds l’un des principes fondateurs de notre république qu’est la laïcité. Il est en effet indispensable de garantir que l’enseignement public soit séparé des interférences religieuses quelles qu’elles soient car, elles ne relèvent que de la sphère privée.

À l’évidence le reniement de nos valeurs républicaines aurait été cautionné par nos autorités cantonales si nous n’avions pas réagi avec vigueur. Cela démontre à notre grand regret que ces autorités ne sont plus conscientes du devoir de protection des étudiantes et des étudiants dont elles ont la charge.

Ct. GE: Violation de la Constitution genevoise à l’HEPIA

Mardi 18 juin 2013

Coordination laïque genevoise / Section genevoise de l’Association suisse de la libre-pensée
Communiqué de presse du mardi 18 juin 2013

Nos deux associations ont appris, par un article du Courrier de Genève que la direction de l’HEPIA (haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture) réserve un local à l’usage exclusif de quelques étudiants de cet établissement public afin que ceux-ci y exercent des activités cultuelles religieuses. Or, ce local qui appartient au patrimoine public a donc été détourné de son usage premier pour devenir un lieu de culte et de prière d’où les autres étudiants sont exclus.
Ces faits constituent une violation patente de la Constitution genevoise, récemment acceptée par le peuple, qui précise :
Art. 3 Laïcité 
1 L’Etat est laïque. Il observe une neutralité religieuse. 
2 Il ne salarie ni ne subventionne aucune activité cultuelle.
La direction de l’HEPIA n’a pas jugé utile d’informer le corps enseignant, certains enseignants l’ont néanmoins appris et s’en sont alarmés. Par crainte de représailles, ils ont souhaité garder l’anonymat mais nous ont néanmoins confirmé cette information. Un courrier émanant de l’association genevoise des enseignants des écoles professionnelles, dont nous avons pu nous procurer une copie, corrobore ces informations.
Cette violation constitutionnelle a lieu au sein de l’école publique. Or, la vocation de l’école est d’être un lieu d’enseignement ouvert à tous sans discrimination, notamment religieuse. Elle ne peut pas abriter un espace réservé exclusivement à des activités relevant de la seule sphère privée de quelques-uns.
Nos deux associations ont donc écrit au Président Conseil d’Etat et du Département de l’instruction publique, Monsieur Charles Beer, pour exiger :
La fermeture immédiate de ce lieu de culte et la réaffectation de ce local à des activités d’enseignement ;
L’ouverture d’une enquête à l’encontre de la direction de l’HEPIA afin de déterminer si cette dernière doit ou non être sanctionnée pour avoir violé la charte constitutionnelle et détourné des bâtiments publics, payés par l’ensemble des contribuables, à un usage exclusivement cultuel, au mépris évident de la laïcité ;
Que le Conseil d’Etat et plus particulièrement le Département de l’instruction publique réaffirme publiquement, clairement et sans aucune ambiguïté, son respect des principes républicains exprimés dans le texte constitutionnel et qu’il s’engage à respecter scrupuleusement la neutralité religieuse et la laïcité, indissociables de l’enseignement public.

 http://www.lecourrier.ch/110419/l_hepia_abrite_t_elle_une_salle_de_priere

GE: Laïcs et républicains contre une aide pour la basilique Notre-Dame

Mercredi 29 février 2012

A Genève, un collectif laïc et républicain a déposé une plainte mardi auprès du Service de surveillance des communes. Il demande l’annulation de la décision du Conseil municipal d’accorder une subvention de 400’000 francs pour la rénovation de la basilique Notre-Dame.
Le collectif est composé d’élus municipaux d’Ensemble à Gauche et des associations Libre Pensée Genève, la Gauche républicaine et la Coordination laïque genevoise.

http://www.bluewin.ch/fr/index.php/136,551531/La%C3%AFcs_et_r%C3%A9publicains_contre_une_aide_pour_la_basilique_Notre-Dame/fr/news/suisse/sda/

Commémoration de MICHEL SERVET

Vendredi 21 octobre 2011

La Fédération de la Libre Pensée de Haute Savoie (France)
L’ Association de la Libre Pensée de Genève  (Suisse)
appellent à honorer la mémoire de MICHEL SERVET  humaniste et homme de science victime de l’intolérance des religions. D’abord condamné à mort par l’Eglise catholique et l’Inquisition et  brûlé en effigie à Vienne (France), il fut mis au cachot et brûlé vif par CALVIN et les Protestants à Genève le 27 octobre 1553.
Commémoration le jeudi 27 octobre 2011
ANNEMASSE à 18h30

au pied de la Statue de MICHEL SERVET
place de l’Hôtel de Ville
Une gerbe sera déposée au Monument et des prises de parole évoqueront la vie et l’œuvre de Michel SERVET ainsi que le supplice que lui infligèrent ses bourreaux.

Eglise: nouveaux cas d’abus sexuels dans la romandie

Jeudi 10 février 2011

Deux nouveaux cas d’abus sexuel commis par des prêtres ont été annoncés à l’autorité diocésaine. L’un a été perpétré dans le canton de Genève, l’autre dans le canton de Vaud. Les deux hommes d’Eglise ont été suspendus de leur fonction pendant la durée des enquêtes.

Suite http://www.24heures.ch/eglise-nouveaux-cas-abus-sexuels-suisse-romande-2011-02-09

Honorer la mémoire de MICHEL SERVET

Jeudi 7 octobre 2010

La Fédération de la Libre Pensée de Haute Savoie (France)
L’ Association de la Libre Pensée de Genève (Suisse)

appellent à honorer la mémoire de MICHEL SERVET humaniste et homme de science victime de l’intolérance des religions. D’abord condamné à mort par l’Eglise catholique et l’Inquisition et brûlé en effigie à Vienne (France), il fut mis au cachot et brûlé vif par CALVIN et les Protestants à Genève le 27 octobre 1553.

RENDEZ-VOUS le mercredi 27 octobre 2010

ANNEMASSE à 18h30

au pied de la Statue de MICHEL SERVET

place de l’Hôtel de Ville

Une gerbe sera déposée au Monument et des prises de parole évoqueront la vie et l’œuvre de Michel SERVET ainsi que le supplice que lui infligèrent ses bourreaux.