Archive pour la catégorie ‘Ct. Valais’

Ct. VS: Narcisse Praz gagne le Prix Libre Penseur 2014, Jean Luc-Ador des œillères en or

Dimanche 25 janvier 2015

Le dernier week-end, Valentin Abgottspon et Marcel Theler, les présidents de la séction valaisanne des libre Penseurs étaient très fière d’avoir l’occassion à honnorer Narcisse Praz avec le “Libre Penseur” pour l’année 2014 (Enregistrement sonore). Narcisse s’est remercié avec quelques mots bien choisis (Enregistrement sonore).

(Lire la suite…)

Ct. VS: Religion à l’école – où se situe la ligne rouge?

Mercredi 15 octobre 2014

Au collège des Creusets de Sion, la religion conserve une place importante. «Le Courrier» se penche sur les limites d’un système pourtant banal dans ce canton catholique.
http://www.lecourrier.ch/124626/religion_a_l_ecole_ou_se_situe_la_ligne_rouge

Valais: « Initiative pour un Etat laïque » lancée

Mardi 17 juin 2014

Le comité d’initiativevient de présenter « L’Initiative populaire cantonale pour un Etat laïque ». Elle demande une modification de l’article 2 de la Constitution cantonale. Pour aboutir, elle doit recueillir 6’000 signatures dans le délai d’une année. Son acceptation impliquera le changement de plusieurs textes de lois, dont celui qui régit aujourd’hui les relations entre l’Etat et les Eglises et qui contraint pratiquement toutes les contribuables à assumer le financement des deux Eglises reconnues, ce qui représente des dizaines de millions de francs chaque année.

Elle laisse le soin aux Eglises d’organiser l’instruction religieuse en dehors des écoles publiques et
laisse aux parents le choix d’y recourir ou non.
Elle vise surtout à assurer une égalité de traitement aussi bien entre les individus établis dans le canton
qu’entre les communautés religieuses qui y sont présentes.

http://data.over-blog-kiwi.com/0/67/51/57/20140610/ob_e70d9a_communique-de-presse.pdf

Sion: l’évêché refuse toute installation de panneaux solaires sur les toits des églises

Dimanche 10 février 2013

Sollicité à donner son autorisation sur les deux projets, l’évêché n’est pas entré en matière. Il en a profité pour communiquer une décision de principe valable sur l’ensemble du diocèse. En clair, « les églises et chapelles ne sont pas des bâtiments comme les autres et ont comme telles une valeur culturelle reconnue. Aussi, afin de préserver une banalisation des lieux de culte, aucune installation solaire ne doit être installée sur les toitures d’églises et de chapelles » , peut-on lire dans une missive adressée aux prêtres et responsables de paroisses.
http://www.lenouvelliste.ch/fr/valais/sion/sion-l-eveche-refuse-toute-installation-de-panneaux-solaires-sur-les-toits-des-eglises-497-1118172

Ct. VS, élections cantonales: votez pour la laïcité

Dimanche 6 janvier 2013

L’ASLP milite pour la séparation de l’Etat et de l’Eglise.
Elle a contacté tous les partis valaisains pour annoncer cette page.

Partis

Le parti pirate a adopté la laïcité  dans son programme:
« Séculariser la Confédération Suisse:
Ancrer le laïcisme dans la constitution. Rendre les organisations religieuse égales aux organisations séculières. Définir la religion et les croyances comme relevant de la sphère privée. Promouvoir des statuts égaux pour croyants et non-croyants. Abolir l’impôt éclésiastique. Orienter l’éducation vers le savoir scientifique. Promouvoir l’enseignement d’une éthique humaniste. Placer une réflexion critique et constructive au centre de l’éducation. »

Le Parti socialiste suisse a approuvé en 2010 dans son programme:« Depuis les Lumières, les droits humains forment la base éthique de notre société. A l’irrationalisme et au fondamentalisme religieux, le PS oppose un modèle de société pluraliste dans un Etat laïc partant de la dignité et de la liberté de l’individu et engageant ce dernier à respecter les droits humains.
L’Etat et le système public de formation doivent conserver une stricte neutralité envers toutes les religions, renoncer à toute indication quant à la « vraie » foi et interdire tout signe religieux dans les bâtiments publics et dans les écoles. »

Etat /Eglises

Lois controversées:

  • Loi sur les rapports entre les Eglises et l’Etat dans le canton du Valais 1991
    Art. 5 Principe
    Pour autant que les paroisses de l’Eglise catholique romaine et celles de l’Eglise réformée évangélique ne peuvent, par leurs moyens propres, subvenir aux frais de culte des Eglises locales, ceux-ci sont, sous réserve des libertés de conscience et de croyance, mis à la charge des communes municipales.
    Les personnes physiques peuvent réclamer cette partie de leurs impôts. Les personnes morales n’y ont pas le droit. En effet il y a donc dans le canton de VS des impôts ecclésiastques.
  • Loi sur l’instruction publique (1962):
    Art. 3Mission générale de l’école

    L’école valaisanne a la mission générale de seconder la famille dans l’éducation et l’instruction de la jeunesse.
    A cet effet, elle recherche la collaboration des Eglises reconnues de droit public (appelées ci-après Eglises).
    Elle s’efforce de développer le sens moral, les facultés intellectuelles et physiques de l’élève, de le préparer à sa tâche de personne humaine et de chrétien.

Pour vous faire une idée de l’ensemble du droit religieux au Valais, suivez ce lien.

Arrondissements

Candidat-e-s qui se sont prononcé-e-s pour la laïcité au Canton de Valais:

Ce qui implique:

  • L’État renonce à soutenir les Églises avec des fonds publics.
  • L’État renonce à l’enseignement religieux dans et par les écoles publiques.
  • L’État renonce à la symbolique religieuse dans l’espace public.
  • L’égalité de traitement de tous les groupements philosophiques et leur indépendance envers les autorités de l’Etat

Cette liste sera actualisée chaque jour

Candidat/e Parti Liste. No Commentaire

Conches

Rarogne oriental

Brigue

Viège

Rarogne occidental

Loèche

Sierre

Sion

Conthey

Hérens

Entremont

Martigny

Saint-Maurice

Monthey

VS: Le licenciement de Valentin Abgottspon était contraire à la loi!

Jeudi 15 novembre 2012

Avec satisfaction l’Association Suisse des Libres Penseur prend connaissance de la décision du tribunal cantonal VS: Le licenciement de Valentin Abgottspon était contraire à la loi! Fait qui était déjà constaté dans une expertise en 2011 mais ignoré par le conseil d’Etat.

Le tribunal constate:

- Il ne peut pas qualifier le comportement reproché à V. Abgottspon de manquement particulirement grave, qui justifierait la résiIiation immédiate
- En plus Valentin Abgottspon n’a pas été consulté avant de licenciement, ce qul constitue une violation de son droit d‘être entendu.

Communiqué du tribunal et décision (Allemand)

Ecole – religion

Le Tribunal cantonal laisse ouverte la question  des crucifix dans les salles de classe publiques. Néanmoins, il se réfère à une décision de la Cour des droits de I’homme du 18 mars 2011 rendue dans une affaire italienne, selon laquelle le crucifix dans les écoles publiques et dans les leux publics ne viole aucun droit fondamental.
Mais des experts de loi suisses ne s’attendent pas à des conséquences sur la situation en Suisse, où le Tribunal fédéral a décidé en 1990: « L’apposition du crucifix dans les salles d’école primaire ne satisfait pas à la neutralité exigée par l’art. 27 al. 3 Cst. ».

Et en plus, dans le cas Abgottspon il ne s’agissait pas simplement d’un crucifix accroché ou pas, mais aussi d’une loi cantonale qui demande aux écoles de préparer les enfants à leur « tâche de personne humaine et de chrétien » et d’un système qui demande aux enseignants d’accompagner les enfants aux offices religieux et de participer aux préparations pour des cérémonies religieuses.

Ct. Valais/Fribourg: TSR: «Journal»: L’impôt ecclésiastique

Jeudi 31 mars 2011

Au «Journal» de la TSR du 31 mars 2011 est paru un reportage sur l’impôt ecclésiastique en Valais et en Fribourg.

Commentaire aussi sur le site-web de la séction Valaisannes des Libres Penseurs: en français et en allemand (ausführlicher).

Le Valais refuse d’imposer le crucifix dans les classes

Jeudi 17 mars 2011

Le Matin
Le Grand Conseil valaisan a refusé un postulat UDC visant à imposer les crucifix dans les salles de classe. Les députés ont notamment dénoncé une instrumentalisation du symbole religieux à des fins populistes et électoralistes.

Le postulat UDC a provoqué une avalanche de réactions au sein du plénum. Des députés de tous les groupes politiques sont montés au créneau pour dénoncer une proposition jugée «intolérante, contraire à la liberté de croyance et en contradiction avec la séparation de l’Etat et de l’Eglise». Elle a finalement été refusée par 86 voix contre 18 et 14 abstentions.

«Ce postulat soulève un problème qui n’en est pas un», a lancé Michel Rothen, député et président du PDC du Valais romand. «L’Inquisition est terminée» a renchéri son collègue de parti Pascal Bridy, qui a qualifié le postulat de «scandaleux» et de «provocation transpirant la malveillance».

L’UDC a lancé son postulat suite à la polémique déclenchée par le licenciement en octobre dernier d’un enseignant de Stalden (VS) qui avait décroché le crucifix de sa salle de classe. Début février, le Tribunal cantonal valaisan a confirmé la suspension de l’enseignant pendant la durée de la procédure. Il doit encore se prononcer sur le renvoi proprement dit.

http://www.lematin.ch/actu/suisse/valais-refuse-imposer-crucifix-classes-395119

Crucifix: L’UDC Valaisanne en veut un dans chaque salle de classe (Nouvelliste)

Jeudi 17 février 2011

Le Nouvelliste du jeudi, 10 février 2011, page 1 (titre) et 21.

Le postulat se trouve aussi sur la partie allémanique du site web de la section valaisanne.

Document

Nouvelliste: Des ennemis de la Constitution dans la Justice et la Politique (Peter Bodenmann)

Mercredi 16 février 2011

Paru dans le Nouvelliste du lundi, 14 février 2011, à la page 2, Peter Bodenmann a écrit un text pour la rubrique “L’invité”.

Des ennemis de la Constitution dans la Justice et la Politique

Un avis de droit de 45 pages du professeur bâlois Markus Schefer en matière de crucifix avait établi que l’enseignant Valentin Abgottspon avait été licencié injustement. Qu’il n’avait pas porté atteinte à la Constitution. Non. Ceux qui ont porté atteinte à la Constitution sont la commission scolaire régionale, le conseiller d’Etat en charge et, malheureusement, le conseil d’Etat unanime.
Lors des dernières élections, le PDC disposait encore de 44% des voix. Cet automne, ce sera 3 à 4 % de moins. Parce que l’UDC progressera dans le Haut-Valais. Et ce faisant, il aidera peut-être la gauche à arracher un deuxième siège au Conseil national. Malheureusement, la justice valaisanne reste toujours composée de manière anti-constitutionnelle. Tous les partis devraient être représentés en fonction de leur poids électoral. Maintenant comme toujours, ce n’est pas le cas.

Dans le cas Abgottspon le Tribunal cantonal valaisan n’a pas non plus donné d’effet suspensif au recours, malgré l’avis de droit Schefer à disposition. Cela n’a aucun sens puisque, même en cas de victoire, Valentin Abgottspon n’aura droit qu’à un dédommagement.
En dernier lieu, cette décision signifIe que les amis de la Constitution doivent être exclus par des ennemis de la Constitution qui ne seront pas dérangés. A la fin de l’exercice, les contribuables valaisans devront payer pour les fautes commises par les ennemis de la Constitution. Ils devront payer pour la faute de la commission scolaire, pour la faute du conseiller d’Etat Claude Roch et pour la faute du conseil d’Etat unanime.

Entretemps, les minorités sont devenues la majorité en Valais. La nouvelle minorité, c’est le PDC. Sauf que quelques élus ne
semblent pas avoir compris cela. C’est pourquoi les représentants des anciennes minorités au Conseil d’Etat n’émettent pas un seul murmure, même fatigué, dans l’affaire Valentin Abgottspon.
Au contraire: ils collaborent à l’éviction d’esprits critiques hors du canton. Les amis de la Constitution doivent émigrer. Ils connaissent le même sort que de nombreux radicaux et socialistes, au cours des siècles passés. L’histoire se répète comme une farce. La nouveauté, c’est que le radical et la sociale-démocrate du conseil d’Etat y prennent part.
En 1918, Rosa Luxembourg avait justement écrit: «La liberté, c’est toujours la liberté de ceux qui pensent différemment.» Un Valais ouvert n’a pas besoin d’interdits de penser. Il n’a pas besoin de Tip-Ex pour effacer les acquis de l’époque des Lumières. Il a besoin de la pluralité des opinions fondée sur la Constitution et l’Etat de droit.

PDF sur le site de la section valaisanne.