Archive pour la catégorie ‘IHEU’

IHEU – Traduction française de la Déclaration d’Amsterdam

Vendredi 17 février 2017
Chers amis de la Freidenker Vereinigung der Schweiz,
Pardonnez-moi, mais je viens de réaliser que vous avez reçu un message vide. Voici le message original donc:
L’IHEU a le plaisir de vous annoncer que la Déclaration d’Amsterdam est maintenant disponible en français sur notre site. (Lire la suite…)

Athées et non croyants discriminés et oubliés

Lundi 10 décembre 2012

Alors que l’ONU célèbre la Journée de la liberté d’expression, l’Union internationale humaniste et éthique IHEU souligne que cela doit également s’appliquer aux non croyants.

http://fr.apocalisselaica.net/radar-laicita/cronache-laiche/atei-e-diritti-umani-discriminati-e-dimenticati

Rapport: http://www.iheu.org/files/IHEU%20Freedom%20of%20Thought%202012_0.pdf

Entraide au nom de l’humanisme – l’ASLP adopte un village dalits

Dimanche 25 mars 2012

 

Actuel

10 mars 2013 Rapport 2012

Depuis le lancement en mars 2012 il y a eu des activités suivantes:

1. Centre humaniste pour le changement social

60 jeunes ont été motivé à s’engager dans la mise sur pied d’un local qui va servir comme centre et comme lieu d’accueil pour le changement social. Une bibliothèque va contribuer à l’education humaniste. Il y a des biographies de humanistes et de réformateurs de la société et des livres de base dans les sciences. En plus un journal arrive chaque jour par courier-vélo d’un jeune homme, Miriyala Venkatanarsu, qui la cherche dans la commune voisine.

2. Consultations pour femmes
Pendant 10 journées les femmes ont reçu des informations et des conseils sur le programmes de l’Etat spécifiques pour les femmes Dalit et sur leur droits en général.
Dans de cours d’alimentation et de santé elles ont eu la chance de s’informer sur des problèmes de santé, sur leur droits dans des cas de violence à domicile ou de harcèlement sexuel, sur les conséquences physiques et psychiques des mariages d’enfants.
Entre 25 et 69 femmes ont participé. En tout le programme offert par «Asmitha Resource Centre for Women», soutenu par l’organisation pour les droits de l’homme «Spoorthi», a atteint 80 femmes.

3. Orientations professionnelle pour les jeunes
Le programme encourage les jeunes de finir leur éducation. Pendant 5 séances entre 20 et 50 jeunes furent informés sur leurs possibilités de aquérir des diplômes supérieurs. Dans 5 cas des filles, qui ont été retenues par leurs parents à cause du chemins de l’écoles, leurs parents ont été convaincus de coopérer. Maintenant on est en traine de chercher des sponsors pour acheter des vélos pour atteindre plus facilement les écoles à une distance de 6 km.

4. « Club Science »
A Keshavapuram il y a seulement une école primaire. L’école secondaire se trouve à 6 km. 42 étudiants de l’école secondaire ont été rassemblé dans le « Club Science » ou ils recoivent une éducation sur l’hygiene et sur des sujet généraux comme p.e. l’universe et son organisation pour les immuniser contre l’astrologie.
Le programme fût réalisé en collaboration avec les enseignants locales et un expert prestidigitateur et enseignant en sciences  I. Chandraiah.

5. Elucidation au lieu de superstition
Pendant 5 soirées I. Chandraiah démasquait les truc les plus répandus chez les magiciens locaux, qui sement le peur parmi les Dalits et les font payer. Environ 300 gens ont atteint ces soirées.

 

6. Camps Santé
A cause de la mauvaise qualité  de l’eau dans cette région (trop de fluor) les gens ont des problèmes d’os et dans les joints. Enplus beuacoup ont des problèmes avec les yeux.
Keshavapuram liegt fast A 50 km de l’hôpital prochain c’étaient 5 grands jours, ou des médecins de Hydarabad et Suryapet ont informé 600 Dalits sur les causes et thérapies pour leurs douleurs. 18 personnes ont reçu des lunettes, 15 furent transporté par bus à l’hôpital où avec la coopération du Lions Club ils ont reçus une opération du cataracte.
über Ursachen und Therapien ihrer Beschwerden informiert werden. 18 Personen konnte mit Brillen geholfen werden, 15

Original en Telugu: J. Veeraswamy, trad. englais: Baby Gogineni (IHEU), résumé français: ASLP

14 février 2013:  Rapport sur radio « Deutschlandfunk »: « Heiratsverbot und Sklavenarbeit in Indien« 

23. Mars 2012: Le projet a été lancé à ‘Ugadi’, le jour du nouvel an à Andhra Pradesh.

Projet

Le grand comité a décidé, sur initiative du comité central, de s’engager dans le cadre du projet IHEU „Adopt a Dalit Village“. Le but du patronage est de créer un centre pour le changement social à faveur de ce groupe de personnes pauvres et fortement marginalisées.

  • Information sur les remèdes de la médecine moderne contre l’emprise de la superstition, prestations sanitaires de base
  • Conseil professionnel aux jeunes pour les orienter vers les métiers non traditionnels afin qu’ils puissent s’insérer dans l’économie moderne
  • Développement de la communauté  par force d’action éducatives et anti-discriminatoires
  • Promotion des principes humanistes et d’une éthique alternative à la religion opprimante à travers des cycles de débats et manifestations.

Concrètement, il s’agit du village de

Keshavapuram

District: Nalgonda – 508 213
Etat: Andhra Pradesh
Familles: 169
Hommes: 234
Femmes:  229
Enfants: 55
Total: 518 habitants, dont 25 porteurs d’handicap, 16
 mères seules, et 4 orphelins

Histoire

Le village, né autour du 13e siècle, a été divisé en deux par une inondation il y a 150 ans, ce qui a conduit à la ségrégation radicale entre castes.  La partie où vivent les dalits prend le nom de Keshavapuram. L’hôpital  et la boutique fair trade plus proches se situent respectivement à 48 et 10 km. La seule voie de communication est une route dégradée, l’arrêt de bus plus proche se trouve dans le village voisin à 3,5 km.

Economie

Les habitants sont la plupart du temps des ouvriers agricoles. 15 familles disposent de 0,8 hectares de terre, 8 familles de 1,4 hectares, 123 familles de moins de 0,4 hectares. Il n’y a pas de grands propriétaires.  Les journaliers cherchent du travail dans les villages environnants. Dans 23 familles, des membres ont migré pour soutenir leurs chers restés au village, auquel ils ne retournent que deux fois pendant l’année. Des enfants ont abandonné l’école pour aider leurs parents à gagner de l’argent en ville. Il est rare qu’ils recourent aux centres d’accueil et ne touchent guère à l’allocation (800 – 2000 $) que l’Etat leur destinerait.

Pauvreté et exclusion

Le village ne s’est pratiquement pas développé ces dernières décennies. Avant l’intervention de l’IHEU, y régnèrent l’ignorance et l’illettrisme, les gens ne disposant d’aucun moyen d’information. Depuis, il y circule un journal quotidien.

Esclavage

Il y 50 ans, la population a lutté pour s’affranchir de l’esclavage, finalement interdit par la constitution. Toutefois, aujourd’hui encore une vingtaine de familles de Keshavapuram sont forcées à trimer jusqu’à 15 heures par jour. La „servitude pour dettes“ est particulièrement répandue, exacerbée par la pratique de la dot. Avec 1500  – 1800 $ ces dépenses réduisent beaucoup de familles à la misère, les liant aux patrons pendant toute leur vie.

Travail et mariage d’enfants

L’école primaire du village peut accueillir 33 élèves; cependant, de nombreux enfants sont astreints à des corvées les plus diverses. La majorité des jeunes ne disposent pas d’enseignement secondaire. S’y ajoute le fléau des mariages d’enfants qui entraînent de graves problèmes, psychcosociaux et de santé. Le Child Development Scheme (ICDS) a permis d’ouvrir une école maternelle pour des enfants de 0 a 5 ans.

Exploitation

Les dalits travaillent dans les villages environnants à des conditions de quasi esclavage, en raison de leur statut d’„intouchables“.

Dettes pour la santé

La haute teneur de fluor dans l’eau potable – le gouvernement en est au courant –  est délétère pour la santé, affectant les os et la mémoire (enfants). En plus, une trentaine de femmes ont des troubles utérins.

Keshavapuram manque de structures sanitaires; en cas de maladie, il faut que les gens se déplacent pour atteindre l’hôpital le plus proche. Pour payer les frais de ces traitements, il doivent vendre du bétail ou envoyer leurs enfants travailler. 23 familles se sont ainsi endettées à des conditions ruineuses.

Politique

Keshavapuram  fait partie du district administratif de Sangem. Jusqu’à présent aucun membre de la communauté dalits n’a recouvert une fonction publique, l’analphabétisme oblitérant toute participation politique.

Développement

Le village ne possède ni système de canalisation ni illumination des rues. Les aides prévus par le Scheduled Caste Corporation (organisme responsable de la promotion des dalits) ou par le programme d’émancipation des femmes ne sont toujours pas réalisés.  Les jeunes n’ont aucune perspective pour le futur.

Traditions et superstition
Statistiquement les villageois sont des hindous; ils célèbrent diverses fêtes religieuses le long de l’année. Ils mangent de la viande de boeuf, ce qui les  expose ultérieurement au mépris des castes « supérieures ».  Etant dépourvus de culture scientifique, ils sont des proies faciles de toute sorte de charlatans qui visitent les villages. Malheureusement les gens se fient davantage de ces „saints“ et guérisseurs que de la médicine moderne. Un certain nombre de femmes hystériques se croient même possédées par des « déesses » locales.

Programme IHEU
L’IHEU œuvre à la sensibilisation et amélioration des condition de vie de la communauté afin que le personnes puissent planifier leur évolution et leur futur sur des bases rationnelles.

Réalisation

Durée 3 ans, avec rapports 2 fois par an.

Health camps

Sont prévus des champs médicaux pour enseigner aux dalits les méthodes efficaces de prévention contre les infections et épidémies saisonnières, ainsi qu’en matière de cancer et d’autres maladies graves. Sur demande de l’ASLP on se focalisera aussi explicitement sur la planification familiale.

Démystification

Seront organiséss des sessions pour présenter aux dalits les bases rationnelles et scientifiques des phénomènes soi-disants «paranormaux »  et les techniques utilisées par les « sourciers » et « magiciens » afin de les immuniser contre la superstition et faire avancer la connaissance. Responsable : E. Chandraiah

Affirmation des femmes

L’égalité entre les sexes suppose une nouvelle vision du rôle de la femme. Responsable : ASMITA, organisation spécialisée de Hyderabad, interviendra avec une propre équipe.

Alimentation

Afin d’améliorer les habitudes alimentaires des enfants, des femmes etc. on proposera des cours de nutrition ainsi que de cuisine utilisant des produits locaux. Responsable : Radha Reddy, Kasturba Women’s College, Secunderabad.

Conscientisation dalits

Il est fondamental que les dalits soit informés sur leur droits et privilèges garantis par la constitution indienne. Responsables : prof. Sujatha Surepally, Degala Janardhan (journaliste) et  J.Veeraswamy (directeur Spoorthi).

Valorisation du potentiel économique des femmes

Intervention pour permettre une autogestion effective des femmes. Responsable : S. Anjaneyulu, Director Disha, en collaboration avec Social Development Foundation, New Delhi.

Budget détaillé

Actions Coût/unité N./unités Coût/p.a.
Démystification 1000 Rs 6 6000 Rs
Ateliers scientifiques pour enfants 1000 Rs 6 6000 Rs
Conseil aux femmes 1000 Rs 12 12’000 Rs
Champs médicaux – frais de voyage équipe 1000 Rs 12 12’000 Rs
Médicaments 1000 Rs 6 6’000 Rs
Orientation professionnelle 1000 Rs 6 6’000 Rs
Honoraire coordinateur-village 1500 Rs 12 18’000 Rs
Honoraire coordinateur-projet 3500 Rs 12 42’000 Rs
Frais de voyage équipe 1000 Rs 12 12’000 Rs
Bibliothèque 4’000 Rs 1 4’000 Rs
Cours sur la génération de revenu 25’000 Rs 1 25’000 Rs
Rapport annuel et évaluation 500 Rs 1 5’000 Rs
Coût total 184’000 Rs

En 2011 les frais ont totalisé 4000 dollars.  A cause de la forte inflation l’IHEU a décidé de fixer en USD le besoin financier, soit 5000 USD par année.

Contrôle et rapports

Le projet démarrera en février 2012. Il sera suivi in loco et monitoré directement par les responsables de l’IHEU qui présenteront un compte-rendu sur les progrès tous les 6 mois. L’ASLP aussi en rapportera  périodiquement dans son journal et sur ce site internet.

Expériences positives

Le projet IHEU a été lancé en 2010. Les libres penseurs français ont été les premiers à adopter un village, suivis par les humanistes hollandais. En 2011 on a déjà pu constater les premiers résultats encourageants à Gottiparthi et à Malwabar: l’humanisme au service du changement social!

Pour soutenir le projet

L’ASLP s’engagera pour la période 2012-2014 avec  5000 USD par an. Nous invitons nos membres et sympathisants à soutenir nos effort en effectuant une donation sur le

Freidenker-Vereinigung der Schweiz
Spendenprojekt
Postfach, 3001 Bern

89-788791-9
IBAN: CH54 0900 0000 8978 8791 9

BIC:  POFICHBEXXX

ou via

 

Avec mention : Dalit

Les donations à partir de 100 francs suisses font l’objet d’une lettre de remerciement automatique. Pour les montants inférieurs, confirmation sur demande.

But: CHF 4600.- par an.

IHEU: “Les autorités de Stalden on violé la liberté de conscience.”

Mercredi 13 octobre 2010

L’IHEU, International Humanist and Ethical Union, IHEU critique le licencement de Valentin Abgottspon.

Sonja Eggericks, présidente de l’IHEU, écrit dans le communiqué: “La Suisse est tres fière de sa neutralité. Mais quand Valentin Abgottspon exigeait la neutralité des autorités dans le Valais, ceux-là se comportaient comme des garnements dans la cour de l’école. Forcer un prof de se soumettre à la religion chrétienne viole le droit fondamental de la liberté de conscience. »

http://www.iheu.org/swiss-dubbed-%E2%80%98school-yard-bullies%E2%80%99-firing-non-religious-teacher